Extraction de CD audio

De ArchwikiFR


Extraire ou ripper un CD audio consiste à récupérer sous forme de fichiers numériques le contenu audio d'un CD sur un ordinateur.

Introduction

Un CD audio du commerce suit la norme Red Book et exploite des fichiers CDA de Microsoft pour indiquer au lecteur le chemin vers les données musicales. Normalement, c'est une piste stéréo en modulation par impulsion et codage à une résolution de 16 bits avec une fréquence d’échantillonnage de 44,1 kHz. Une extraction se décompose en deux étapes : l'extraction et puis généralement le transcodage. Au niveau de l'extraction, le résultat ne sera pas des fichiers CDA puisque ces fichiers dépendent d'un CD audio pour fonctionner. Au contraire, vous aurez des fichiers WAV ou AIFF qui respectent la modulation par impulsion et codage. Néanmoins, ces fichiers sont lourds et il est nécessaire de les transcoder vers un autre format de fichier moins lourd et plus supporté.

Le plus important, c'est le choix du bon format audio (autrement dit un encodeur ou codec audio) puisque la qualité de nos musiques dépendent de celui-ci. Il existe plusieurs types de formats audio : les formats non compressés sans perte (lossless) comme le WAV (Windows) et l'AIFF (Mac OS X), les formats compressés sans perte comme le FLAC, l'ALAC ou l'APE et les formats compressés avec perte (lossy) comme le MP3, l'OGG, l'AAC, le WMA, l'AC3 ou le DTS. La différence entre les premiers, c'est que les formats compressés sans perte n'accordent aucun bit au silence. En revanche, les formats compressés avec perte touchent également à ce qui n'est pas du silence et réduisent donc la qualité des données. Enfin, ayez toujours en tête qu'un bon transcodage, c'est un transcodage qui va de la meilleure qualité à la plus mauvaise et non l'inverse.

Astuce : Si vous voulez de petits fichiers universels, choisissez le MP3 avec un bitrate minimum de 192 kbps (CBR). Sinon, choisissez le FLAC avec un niveau de compression adapté à votre lecteur ou matériel (par exemple, choisir un niveau de compression de 8 si le lecteur et le matériel sont puissants puisque le décodage sera logiquement plus difficile qu'avec un niveau de compression de 0 ou 1).

Extraction et transcodage

Note : Au niveau des logiciels, il existe une liste sur le Wiki officiel d'Arch Linux (en). Néanmoins, nous allons continuer avec Asunder (GUI) et Cdparanoia (CLI). Il faut noter que Asunder se base sur Cdparanoia pour extraire les données en WAV. Si vous savez maîtriser ces logiciels, vous pourrez comprendre et utiliser le reste des logiciels disponibles en la matière sans aucun problème.

Utiliser un extracteur de CD audio en ligne de commande

cdparanoia

Cdparanoia (en) est un extracteur de CD audio en ligne de commande.

Installer cdparanoia :

pacman -S cdparanoia

Usage de cdparanoia :

cdparanoia [options] période [fichier de sortie]

Par exemple, pour extraire un CD audio avec des fichiers séparés en WAV dans le dossier courant :

cdparanoia -Bw 

Pour plus d'informations :

man cdparanoia 

abcde

abcde (en) utilise cdparanoia et des librairies courantes pour ripper, taguer et encoder (aux formats wav, Flac, Ogg ou mp3) les CD audio en ligne de commande. abcde récupère automatiquement les tags via les bases de données Freedb ou MusicBrainz.

Installer abcde :

pacman -S abcde
Important : Vous aurez également à installer parmi les dépendances optionnelles les paquets qui vous seront utiles: lame (support MP3), vorbis-tools (support OGG Vorbis), flac (support FLAC)

Usage d'abcde :

abcde [options]

Par exemple pour ripper un CD audio complet au format Flac (oggvorbis par défaut)

abcde -o flac

Le fichier de configuration (optionnel) $HOME/abcde.conf est utile pour personnaliser les options par défaut (comme le format et son preset, le répertoire de destination, ...).

Documentation :

ABCDE, l'encodeur de CD audio (fr)

Utiliser un extracteur de CD audio avec une interface graphique

Asunder (en) est un extracteur de CD audio avec une interface graphique avec beaucoup de fonctionnalités (CDDB, tags, ...).

Installer asunder :

pacman -S asunder 
Important : Vous aurez également à installer parmi les dépendances optionnelles les paquets qui vous seront utiles: lame (support MP3), vorbis-tools (support OGG Vorbis), flac (support FLAC), opus (support OPUS), wavpack (support WavPack), mac (support Monkey's Audio), musepack-tools (support Musepack) et neroaacenc (support AAC).

Lorsque vous lancez Asunder, il va détecter automatiquement le CD audio et va proposer des tags à travers le CDDB freedb.org. Il vous faudra avant tout modifier les paramètres en cliquant sur "Préférences" pour choisir le format des fichiers résultant, leur qualité, les paramètres des tags (ou utiliser le CDDB qui doit aussi être configurer avec le bon port notamment) et le dossier de destination. Enfin, après avoir sauvegardé vos paramètres, vous pouvez cliquer sur "Extraire" afin de commencer l'extraction puis l'encodage.

Astuce : Vous pouvez aussi utiliser un logiciel de gestion des tags audio (en) pour ajouter des pochettes ou modifier plus en profondeur les tags.

Point juridique

Que dit la loi française sur la copie privée d’œuvres protégées ?

C'est autorisé sous certaines conditions. En France, la loi autorise la copie privée d’œuvres protégées seulement si la source est licite (preuve en exemple : facture de l'achat d'un CD audio) et que la copie est destinée à l'usage personnel du copiste et non à un usage collectif (cf. article 122-5 du Code de la propriété intellectuelle) ou à la vente. Par ailleurs, le système anti-copie qui protège certaines œuvres culturelles stockées sur des supports de stockage tels qu'un DVD et un CD n'a qu'un but de limiter les copies (cf. article L331-7 du même code) et non d'empêcher les copies privées. Ainsi, vous pouvez copier un DVD qui contient une œuvre protégée même s'il est protégé par un système anti-copie théoriquement. Cette exception (ce n'est pas un droit à proprement parler : vous ne pouvez donc pas poursuivre un titulaire du droit d'auteur (ou un ayant droit) parce qu'il a mis en place un système d'anti-copie par exemple) pour copie privée (cf. loi DADVSI et l'arrêt de la Cour de cassation sur l'affaire Mulholland Drive) est possible notamment grâce au système de la redevance pour copie privée (cf. article L311-1 et suivants du même code).

Important : Néanmoins, vous restez maître de vos actions. En conséquence, ni le site archlinux.fr ni ses membres ne pourront être tenus pour responsables de vos actions et de leurs éventuelles conséquences juridiques ou non.

Voir aussi

Site officiel du projet Paranoia (en)

Site officiel de l'auteur d'Asunder (en)

Informations utiles sur le sujet, liées au site What.CD