Arch vs autres distributions

De ArchwikiFR
Révision datée du 3 février 2021 à 12:11 par Nophke (discussion | contributions) (supprimé bandeau {{FIXME)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)


Cette page résume les similitudes et différences entre Arch et les autres distributions. Cette question revient régulièrement, aussi, notez que le meilleur moyen de comparer Arch et une autre distribution est de l'installer et de vous faire votre propre idée. Arch possède une merveilleuse communauté d'utilisateurs toujours prête à aider les nouveaux utilisateurs. Les résumés ci-dessous ne servent qu'à vous donner suffisamment d'informations pour décider si Arch est réellement pour vous.

Arch et Gentoo

Arch distribue des paquets binaires, et donc demande moins de temps à l'installation que Gentoo. Gentoo propose plus de paquets. Arch permet la distribution à la fois de fichiers binaires, et de sources. Les PKGBUILDs sont plus simples à créer que les ebuilds. Gentoo est plus portable, car les paquets seront compilés pour votre architecture spécifique, alors que Arch est spécifiquement conçue pour les systèmes x86_64 (bien que des projets pour ppc et i586 aient été lancés et qu'un support i686 s'est développé après l'arrêt du support officiel). Il n'existe aucune preuve que Gentoo soit plus rapide que Arch ; l'intérêt de compiler soi-même étant avant tout de personnaliser le paquet.

Arch et Slackware

Slackware et Arch sont toutes deux des distributions "simples". Slackware utilise des scripts d'init de style BSD, quand Arch repose sur Systemd. Arch propose un système de gestion de paquets plus robuste avec Pacman, qui, contrairement aux outils standards de Slackware, permet des mises à jour automatiques et simples du système. Slackware est considérée plus conservatrice dans ses cycles de lancement, préférant ainsi des paquets à la stabilité démontrée. De ce point de vue, Arch est beaucoup plus "dernier cri". Arch est spécifiquement x86_64, alors que Slackware peut tourner sur des systèmes i686 (plus anciens). Arch est un excellent choix pour des utilisateurs Slackware qui veulent une gestion des paquetages plus robuste, ou des paquets plus actuels. Enfin Arch fonctionne sur le principe de «rolling release» quand la dernière version de Slack date de cinq ans....

Arch et Debian

Arch est plus simple que Debian, et ainsi pacman ne touche pas à la configuration des paquets (ce que fait dpkg). Arch propose moins de paquets binaires que Debian, mais offre un meilleur support pour construire vos propres paquets (cf AUR). Arch est plus tolérant que Debian à propos des paquets «non-libres» tels que définis par GNU. Les paquets d'Arch sont plus dernier cri que les paquets Debian (Arch current est souvent plus à jour que Debian unstable). En revanche Debian est largement plus stable qu'Archlinux : d'où sa réputation dans le monde des serveurs.

Arch et Ubuntu

Arch a une fondation plus simple qu'Ubuntu. Si vous aimez compiler vos propres noyaux, essayer ou utiliser des logiciels en version de développement, Arch est plus adaptée. Si vous voulez installer et configurer un système rapidement sans avoir à vous soucier de trifouiller dans le système, Ubuntu est mieux adaptée. En général, les programmeurs, testeurs et bricoleurs préféreront Arch à Ubuntu, par sa simplicité technique.

Arch et Crux

Arch est inspirée de Crux. Judd Vinet a résumé les différences:

"J'ai utilisé Crux avant d'utiliser Arch. Arch a commencé par être Crux, en gros. Ensuite j'ai écrit pacman et makepkg pour remplacer mes pseudo scripts de paquetage (J'ai construit Arch en un système LFS pour commencer). Donc les deux distributions sont complètement séparées, mais en pratique sont quasiment les mêmes. Nous supportons les dépendances (officiellement) par exemple, bien que Crux possède une communauté qui offre d'autres caractéristiques. prt-get de CLC aura une logique de dépendance rudimentaire. Crux peut également ignorer beaucoup de problèmes que nous rencontrons, puisque c'est un ensemble de paquets très minimaliste, en gros ce que Per utilise et rien d'autre."

Arch et les distros graphiques

Les distributions graphiques ont beaucoup de points communs, et Arch est très différente de chacune d'elles. Arch ne vous offre de base que la ligne de commande comme interface. Arch est la distribution la plus adaptée si vous voulez vraiment apprendre sur GNU/Linux. Les distributions graphiques ont tendance à venir avec des installateurs graphiques (comme Anaconda de Fedora) et des outils de configuration graphiques (comme Yast de Suse). Les différences spécifiques entre les distributions sont décrites ci-dessous.

Arch et les distros basées sur RPM

La gestion des paquets «à la pacman» est très différente de ce que l'on trouve dans l'écosystème des paquets RPM. Si ceux-ci sont disponibles un peu partout, les paquets proposés par des tiers ont souvent des problèmes (il peuvent par exemple dépendre d'une version ancienne d'une bibliothèque).

Les dépots d'Arch fournissent toujours les paquets les plus récents possible. Si cela vient à «casser» un autre paquet, la philosophie Arch est que c'est le paquet qui vient de casser qui doit être réparé. Un paquet casse, on ouvre un rapport de bug, et on corrige le code. Cela crée un cercle vertueux pour la qualité des paquets... au prix d'une instabilité occasionnelle (qui peut être prévenue cf.«les bonnes pratiques»).

Arch et Fedora

  • Fedora est développée de façon communautaire, tout en étant soutenue par Red Hat; Fedora est souvent présenté comme un système très fiable. Les paquets migrent lentement de Fedora à RHEL. Et il est généralement admis que ce qui marche sur une version de Fedora, sera reproductible sur un autre système de la même version. Arch n'a pas de notion de «version», et n'est pas la branche de test d'une autre distribution.
  • Fedora refuse d'inclure des logiciels propriétaires dans ses dépôts officiels en raison de son engagement au «logiciel libre». Bien que la communauté des utilisateurs de Fedora a développé un ensemble de dépôts tiers pour de tels logiciels. Arch est plus laxiste en ce qui concerne les logiciels propriétaires (Ndt. non-free software), et laisse cette question à la discrétion de l'utilisateur.
  • Fedora fournit de nombreux supports pour l'installation avec un installateur graphique et d'autres options plus minimalistes. Fedora propose un assortiment d'environnements graphiques, chacun avec un choix modeste de paquets. Arch, à l'inverse, ne fournit que de simples scripts dont le but est d'accompagner l'installation d'un système de base minimal.
  • Fedora suit un rythme de publication planifiées, tout en supportant les mises-à-jour intermédiaires grâce à FedUp. Arch est un système en «rolling-release».
  • Arch fournit un système de ports (ABS), Fedora n'a rien de similaire.
  • Arch comme Fedora ciblent des utilisateurs, et developpeurs expérimentés. Le deux encouragent leurs utilisateurs à contribuer au developpement du projet.
  • Fedora a gagné la reconnaissance de la communauté (intégration de SELinux, suppression des dépendances à Oracle's JRE pour les paquets GCJ... Les developpeurs de Red Hat et Fedora sont ceux qui ont le plus haut taux de contribution au code du noyau Linux, comparé à tous les autres projets.
  • Arch Linux fournit le wiki Archlinux qui est généralement considéré comme la plus complète et exhaustive des documentation d'une distribution. Le wiki Fedora est plus utilisé au sens original du terme «wiki», un moyen d'échange rapide d'information entre developeurs, testeurs et utilisateurs. Il n'a pas pour cible la diffusion de la connaissance à l'utilisateur final.

Arch et Mandrake (devenue Mageia)

Mandrake, bien que connue pour son installateur, est une distribution très paternaliste, qui peut devenir irritante après quelques temps. Un autre problème est qu'il s'agit d'une distribution basée sur les RPMs, comme discuté plus haut. Arch permet plus de liberté et moins de paternalisme. Du coup vous apprenez.

Arch et SuSE

Suse est construite autour de son outil de configuration très réputé, Yast. Pour la plupart des utilisateurs, ça couvre l'ensemble de leurs besoins. Arch n'offre pas une telle facilité, car cela irait à l'encontre du principe Kiss. Ainsi, Suse est vue comme plus adéquate pour des utilisateurs moins expérimentés, ou ceux qui veulent se simplifier la vie avec un système fonctionnant tout de suite. Suse ne propose pas de support mp3 immédiatement après l'installation. Néanmoins, cela peut être ajouté facilement grâce à Yast plus tard.