Installation de base

De ArchwikiFR
Révision datée du 6 août 2012 à 03:36 par Reventlov (discussion | contributions) (Aperçu : typo)


Les Arch Install Scripts sont un ensemble de scripts bash ayant pour but de simplifier l'installation d'Arch. Cette page donne un exemple d'installation basique. Vous y trouverez également des liens vers des pages wiki, documentation externe, ou lien vers le manuel pour les principales étapes de l'installation.

Note : Pour une image antérieure à 2012.07.15, il est recommandé de télécharger une image récente.
Important : L'ensemble des commandes sont données à titre d'exemple. Il est vivement recommandé de se documenter dessus (wiki, manuel avec la commande man, une_commande -h, etc.)

Live CD

La dernière iso inclue les scripts et permet d'installer un système i686 ou x86_64. C'est une image hybride dans le sens où elle peut soit être gravée sur un CD ou flashée dans une clé USB à l'aide de dd par exemple.

Une fois gravée ou flashée et l'ordinateur démarré dessus, et après avoir choisi l'architecture que vous allez installer, vous arrivez directement à une console ou vous êtes identifié en root.

Un navigateur en console, elinks, est disponible depuis l'image d'installation 2012.07.15. Vous pouvez donc consulter la documentation, dans un autre tty par exemple, pendant l'installation. Le client irssi est aussi disponible, si vous avez des questions à poser à la communauté.

Note : Une liste complète des paquets est disponible: i686, x86_64

Clavier

Pour changer l'agencement du clavier, utilisez la commande loadkeys (le clavier par défaut étant le clavier qwerty, il faut taper loqdkeys sur un clavier azerty pour écrire effectivement loadkeys).

loadkeys fr

Vous pouvez avoir la liste des agencements de clavier disponibles en tapant cette commande:

find /usr/share/kbd/keymaps/ -type f

Partitionnement

Le partitionnement peut être fait avant de démarrer sur le live (avec gparted, par exemple), mais il peut aussi être fait à ce moment en utilisant au choix l'un des différents utilitaires disponible : fdisk, parted, cfdisk, etc.

Dans ce guide, nous prendrons pour exemple le schéma de partitionnement suivant :

  • /dev/sda1 pour le /boot
  • /dev/sda2 pour la swap
  • /dev/sda3 pour le /
  • /dev/sda4 pour le /home

Pour des partitionnements plus avancés, vous pouvez vous reférer à la catégorie partitionnement.

Formatage

La commande mkfs permet de formater les partitions dans le système de fichiers que vous voulez. Pour avoir les alias de commande, il suffit de taper mkfs suivi de Tab. Pour l'exemple, formatons /boot en ext2, / et /home en ext4 :

mkfs.ext2 /dev/sda1
mkfs.ext4 /dev/sda3
mkfs.ext4 /dev/sda4

La swap est créée en utilisant mkswap :

mkswap /dev/sda2

-> Catégorie système de fichier.

Montage des partitions

Il faut monter les partitions précédemment crées sous le dossier /mnt afin d'y installer le système. On utilise pour cela la commande mount:

mount /dev/sda3 /mnt && mkdir /mnt/{boot,home} && mount /dev/sda1 /mnt/boot
# Pour créer le(s) dossier(s) utilisateur, il nous faut monter la partition /home
mount /dev/sda4 /mnt/home
Note : Les && sont là pour ne pas créer des dossiers dans le système du live si une commande échoue et nous induire en erreur.

Connexion au réseau

Dans le cas le plus simple, vous êtes connecté en filaire, votre périphérique réseau se nomme eth0 et votre réseau a un serveur DHCP, dans ce cas, vous avez du être connecté lors du démarrage du live.

Important : Pour l'image 2012.07.15, il faut lancer dhcpcd manuellement :
dhcpcd eth0

Autrement, il vous faut configurer votre réseau.

Installation du système de base

Il suffit d'utiliser le script pacstrap en lui indiquant le dossier correspondant à la racine du système suivi des paquets ou groupes à installer (séparés par un espace). Pour le système de base :

pacstrap /mnt base

Vous pouvez trouver la liste des paquets ou groupes dans les liens suivants : paquets / groupes i686 / groupes x86_64 .

Note : Vous pouvez par exemple en profiter pour installer le groupe base-devel, nécéssaire à l'utilisation de AUR:
pacstrap /mnt base base-devel

Chargeur de démarrage

Dans cet exemple, on installe Syslinux :

pacstrap /mnt syslinux

D'autres chargeurs de démarrage sont bien sûr disponible, se réferer à la documentation: Chargeur de démarrage

Configuration

Aperçu

Une pause est marquée dans le guide d'installation avec un aperçu de la configuration basique d'Arch Linux:

  • Le nom d'hôte est configurable dans le fichier /etc/hostname et devrait être configuré de même dans le fichier /etc/hosts.
  • Différentes locales sont activables dans le fichier /etc/locale.gen et généré par la commande locale-gen. La locale utilisée par le système est configurable dans le fichier /etc/locale.conf.

Voir Locale

  • Les consoles virtuelles (TTY) sont configurables dans le fichier /etc/vconsole.conf, qui permet entre autres de choisir une police d'écriture ainsi qu'une configuration de clavier.
  • La date et l'heure sont configurables en créant le lien symbolique /etc/localtime vers le fichier correspondant à la zone géographique souhaitée, disponible dans le dossier /usr/share/zoneinfo/. Par exemple, ln -s /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime.

De plus, l'horloge matérielle (real-time) qui s'occupe de l'heure même quand l'ordinateur est éteint, peut être configurée soit en UTC soit en heure locale dans le fichier /etc/adjtime (par défaut sur UTC).

Voir Horloge.

  • Les systèmes de fichiers et les points de montage sont configurés dans le fichier /etc/fstab (comme précédemment entrevu), et la gestion des volumes chiffrés se fait dans le fichier /etc/crypttab
  • La configuration de l'initramfs, généré par la commande mkinitcpio, se fait dans le fichier /etc/mkinitcpio.conf

Voir Mkinitcpio.

  • Le gestionnaire de paquet, pacman, peut être configuré dans le fichier /etc/pacman.conf

Voir Pacman.

  • La configuration de GRUB est générée par la commande grub-mkconfig en utilisant le fichier /etc/default/grub, la configuration de syslinux se trouve dans le fichier /boot/syslinux/syslinux.cfg.

Voir la catégorie Bootloader.

  • La plupart des modules peuvent être chargés à la demande. Les modules qui doivent être nécéssairement chargés au boot peuvent être spécifés dans le dossier /etc/modules-load.d/, et les modules qui doivent être blacklisté afin de ne pas être chargé automatiquement doivent peuvent être spécifiés dans le dossier /etc/modprobe.d.

Exemple

Pour les éditions des fichiers de configuration, vous pouvez soit utiliser l'un des utilitaires contenu dans base tel que vi ou nano, soit en installer un.

Pour une configuration de base (comprendre: sans utiliser systemd) :

  • Générer le /etc/fstab :
genfstab -p /mnt >> /mnt/etc/fstab

Chrooter dans le nouveau système :

arch-chroot /mnt
  • Editez le fichier /etc/locale.gen et décommentez votre locale (fr_FR.UTF-8 par exemple), ajoutez la au fichier /etc/locale.conf puis executez locale-gen
  • Vous pouvez spécifiez la locale pour la session courante (ça évitera des messages d'alerte par la suite) avec la commande {{{1}}}
  • Editez le fichier /etc/vconsole.conf afin d'y spécifier la distribution de clavier que vous souhaitez utiliser.
  • Créez un lien symbolique /etc/localtime afin de choisir votre fuseau horaire, par exemple: ln -s /usr/share/zoneinfo/Europe/Paris /etc/localtime
  • Configurez /etc/mkinitcpio.conf et créez les ramdisk avec :
mkinitcpio -p linux
  • Configurez le chargeur de démarrage. Pour l'exemple, nous avons choisi syslinux, il suffit d'éditer /boot/syslinux/syslinux.cfg et vérifier si root pointe bien vers la bonne partition puis, pour une installation sur le MBR, lancez :
syslinux-install_update -iam
  • Définissez un mot passe pour le root:
passwd

La catégorie configuration regroupe un ensemble de pages détaillant les différents éléments à configurer.

Démonter le tout

Sortez de l'environnement chroot (exit ou Ctrl+D), puis :

umount /mnt/boot /mnt/home /mnt

Il n'y a plus qu'à rebooter et continuer l'installation / configuration. (Par exemple avec l'interface graphique suivi d'un environnement graphique.)